Ferrari 308 GTB

Prenons le volant de l’une des divas italiennes des années 70/80, star du petit écran et icône de la marque au cheval cabré. J’ai nommé, la Ferrari 308 GTB :

308 GTB, la nouvelle d’une belle lignée :

Tout d’abord, un coup d’oeil dans le rétroviseur s’impose.
Retour donc dans les années 70, lorsque la firme italienne cherche à remplacer dans son catalogue, la légendaire Dino 246 GT. En collaboration avec Bertone, célèbre carrossier turinois, Ferrari présente en 1973, la Dino 308 GT4. Malheureusement, cette auto essuie de nombreuses critiques et ne rencontre pas le succès commercial tant attendu. En conséquence, il faut réagir rapidement en développant un nouveau modèle !

Oublier Bertone puisque pour développer cette nouvelle berlinette, Ferrari s’associe à Scaglietti et Pininfarina. Première Ferrari V8 à moteur central biplaces dotée d’une carrosserie en fibre de verre, elle porte fièrement le nom de « 308 ».
Pourquoi me direz-vous ? C’est simple, enfin presque. D’abord, « 30 » en rapport avec la cylindrée de 3.0 litres, ensuite, « 8 » pour le nombre de cylindres et enfin « GTB » pour « Gran Turismo Berlinetta ». Je vous ai dit que c’était presque simple 🙂

La 308 GTB débarque en 1975 au Salon de l’automobile de Paris pour prendre son premier bain de foule. La magie du coup de crayon de Pininfarina se vérifie avec à la clé un véritable succès commercial. Tellement important que de l’autre côté de l’atlantique, l’auto a droit à des finitions spéciales. La lignée des 308 est bien née et représente l’une des icônes des années 80 !

L’icône d’une génération :

La star du petit écran aux côtés de Tom Selleck dans la série Magnum, c’est elle !
De 1980 à 1988, Magnum conduit une 308 GTS sur l’ile d’Hawaii, ce qui va beaucoup contribuer à la renommée de l’auto partout sur la planète.

Personnellement, cette voiture ne me transporte pas outre mesure… Peut-être parce que je n’étais pas né lorsque Magnum était diffusé mais surtout parce que je ne suis pas un fan inconditionnel de la marque au cheval cabré.
Néanmoins, je suis très heureux de pourvoir l’essayer. Ici, c’est une 308 GTB de 1981, importée par le célèbre concessionnaire Charles Pozzi. Celui même qui sur son stand en 1975 présentait la 308 GTB pour Ferrari ! Classe.

Pour la petite précision mécanique, elle présente un carburateur à carter sec ce qui veut dire que l’huile est stockée dans le moteur et descend au lieu de monter. On arrête là côté méca !

Côté design, j’avoue volontiers que j’apprécie vraiment certains points.
D’abord, extérieurement, la ligne s’inspire nettement de la 512 BB et aussi de Dino 246 GT. Il y a pire comme références. L’auto est profilée, très basse, elle apparait compacte et agressive pour l’époque. J’adore les phares cachés à l’avant qui sont la véritable signature des voitures des années 80. Sinon, les 4 sorties de pots, les entrées et sorties d’air font le reste pour le côté sportif.
Ensuite, intérieurement, elle respire le vintage avec des boutons en console centrale à l’image d’un cockpit d’avion, plusieurs petits compteurs côté conducteur et surtout cette merveilleuse boîte 5 vitesses. C’est le détail qui tue et que j’adore !

Le saviez-vous ?

En près de 15 ans de carrière, elle a été déclinée en 8 versions pour plus de 13 000 exemplaires vendus.
En plus, il excite une version survitaminée de la 308 GTB. Créé par Michelotto et pilotée par Jean-Claude Andruet dans l’équipe de France… Pozzi ! Clin d’oeil de l’histoire. A son bord, il a remporté de nombreuses courses dont la Targa Florio 1981, le Tour Auto 1981 et 1982 ! Beau palmarès pour une auto plaisir qui n’était pas prédestiné pour la course.

Plus de 40 ans après ces premiers tours de pistes, c’est l’une des Ferrari les plus mythiques de l’histoire, non ?

Jaugée et validée !

Suivre:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous recherchiez quelque chose?